Sinon, les japonais ils se contentent de prendre des photos...

Publié le par Hel

L'un des évènements les plus attendus de l'année scolaire a enfin eu lieu. Evènement annoncé dès le jour de la rentrée, relancé à plusieurs reprises par nos amis les professeurs. Je parle bien entendu du voyage scolaire.

 

Ce qui est génial, en BCPST, c'est qu'on est (sensé être) entouré de gens dont le métier futur va être géologue, vétérinaire ou ingénieur agronome. En bref, on pourrait penser que nos camarades ont un quelconque intérêt pour la nature, sa conservation, ou quoi que ce soit. En tout cas, entre une BCPST et une étudiante en coiffure, je ferais plus confiance à la BCP de ce point de vue là. (Le premier qui me rappelle que j'ai une phobie des coiffeuses se prendra une scorie d'un des volcans Lemptégy dans la tête.)

Hé bien ce sympathique voyage auvergnat a eu la gentillesse de me montrer que si Dame Nature était (plus ou moins) au rendez-vous, l'amour de mes camarades et professeurs n'y était beaucoup moins.

 

Un verdict de ce séjour d'un point de vue botanique ? Une hécatombe. Parce que oui, en botanique, on doit cueillir des fleurs pour les disséquer et les analyser - ce qui vous permet, de réaliser à quel point c'est horrible à manipuler, un scalpel, notament lorsque vous devez séparer les pétales soudés d'une fleur de moins d'un centimètre de diamètre. Donc, déjà, on peut se douter qu'une trentaine d'étudiants qui cueille des fleurs au même endroit, ça ne laisse pas grand chose derrière soi.

De plus, l'étude des arbres a incité nos chers professeurs à demander régulièrement aux élèves de cueillir un rameau, pour l'étudier le soir, de 20h à Minuit. (Parce que bien entendu, tout le monde est en forme Olympique à 20h, après avoir escaladé deux volcans et s'être tapé l'orage de l'année.) Ce qui peut encore aller si le prélèvement est raisonnable.

Mais le problème, justement, c'est que le prélèvement n'était pas raisonnable. Parce qu'autant, quand eux allaient récupérer un rameau, la taille de l'échantillon pouvait encore passer, mais lorsque c'était un élève qui était chargé de le faire, c'était tout simplement du massacre d'arbre sans tronçoneuse. Pour finalement que les branches soient jetées sans être utilisées, de même qu'une bonne centaine de fleurs minimum, alors que bon nombre d'entre elles poussaient sur une même tige (vive l'inflorescence !) et qu'au lieu que tout le monde n'aille cueillir son propre exemplaire, il aurait suffit de demander à quelqu'un d'autre de lui prêter son échantillon pour se retrouver avec 360 fleurs prêtes à être disséquées.

Tous mes hommages à la pauvre flore auvergnate qui, chaque année, se voit décimée par des hordes de BCPSTs qui ne pensent pas une seule seconde que sur une ombellifère, il y a assez de fleurs pour trois classes de prépa, et que la propriété privée, c'est bien sympa, mais là c'est pas très cool pour la pauvre fleur qui ne demande qu'à être fécondée et qui finira jettée dans l'herbe le jour du départ sans avoir servi, puisque dans sa folie du prélèvement, l'étudiant aura amassé trop de fleurs pour avoir le temps de toutes les étudier le soir même.

 

Bien entendu, je ne parlerai absolument pas des crises de panique des jeunes filles de ma classe en présence d'un malheureux scarabée pour qui l'ascension d'un jean paraissait amusant, d'une pauvre chenille probablement embarquée au travers d'une pause déjeuner ou d'une araignée qui se prenait pour Speedy Gonzales. J'aurais dû leur parler des tiques, rien que pour voir leur visage se décomposer. (Moi, méchante ? Non, juste perplexe)

 

M'enfin bref voilà, un bilan assez étrange à la fin de ce voyage à la fois amusant, épuisant et perplexisant..

Dans une semaine, je saurais si je dois aller pleurer en fac ou si mes profs pensent que j'ai une chance de survie l'an prochain...

Sur ce, bonne soirée à tous.

.~*Hel*~.

 


 

Publié dans BCPST

Commenter cet article

lo 16/06/2011 07:04



naaaan, 1 par personne, pour une classe de 25 élèves ça fait 30 sacrifiés (si je te jure, on avait du rab "au cas où" -au cas où quoi, ça, je ne sais pas-)


je ne sais pas s'il faut vraiment te souhaiter une deuxième année de ce calvaire mais bon... parce qu'il le faut bien alors :-)!


profites de tes vacances au maximum



Hel 16/06/2011 21:35



Au cas où un des poussins s'envole hors de la salle ? Je pensais justement faire un bilan de ce genre de trucs, une fois la première année finie.


Merci, je vais faire de mon mieux, pour l'an prochain et pour les vacances =)



lo 15/06/2011 21:04



j'hallucine... mais nous on faisait "pire", avec la dissection de 30 poussins/30 escargots/ 30 souris..


Pas de concours cette année alors?!



Hel 15/06/2011 23:33



Trente par classe, ou par personne ? 


Non, le concours ce sera l'an prochain, si je suis admise en seconde année..